La pose collée de carrelage

Vous rêvez d’un sol ou d’un mur carrelé digne d’un magazine de déco ?

La pose collée est la technique idéale pour transformer votre intérieur ou extérieur en un espace qui vous ressemble.

Que vous soyez un bricoleur du dimanche ou un pro en herbe, ce guide complet vous dévoile tous les secrets d’une pose réussie, étape par étape.

Vous serez surpris de la facilité avec laquelle vous pourrez obtenir un résultat digne d’un artisan chevronné.

carreleur qui pose un carrelage collé

1. Préparation du support : le secret d’une pose qui dure !

Avant de vous lancer dans la pose, prenez le temps de bien préparer votre support. C’est l’étape clé pour un résultat impeccable et durable !

Un support propre, sec, plan et stable est indispensable pour garantir une adhérence optimale de la colle et éviter les mauvaises surprises (décollement, fissures…).

Imaginez un carrelage qui se soulève ou se fendille quelques mois après la pose, quel cauchemar !

Si votre support n’est pas parfaitement plat, pas de panique ! Un petit coup de ragréage (un enduit de nivellement) et le tour est joué.

Vous trouverez différentes sortes de ragréage en magasin de bricolage : autonivelant, fibré…

Demandez conseil à un vendeur pour choisir celui qui convient le mieux à votre projet. Pour les sols, optez pour un ragréage fibré, plus résistant aux passages répétés et aux chocs.

Une fois le support nivelé et sec, appliquez un primaire d’accrochage.

Ce produit magique, souvent transparent ou blanc, améliore l’adhérence de la colle, réduit la porosité du support (comme une éponge qui absorberait la colle) et facilite l’étalement de la colle.

2. Choix de la colle carrelage : la bonne colle pour le bon carreau, c’est essentiel !

Le choix de la colle carrelage est crucial pour la réussite de votre projet. Il existe une multitude de colles sur le marché, chacune adaptée à un type de carrelage, de support et d’environnement spécifique.

C’est un peu comme choisir la bonne paire de chaussures pour une randonnée : il faut qu’elles soient adaptées au terrain et à l’effort !

Pour les grands carreaux (plus de 30×30 cm), les carreaux en grès cérame pleine masse (très résistants) ou les zones soumises à rude épreuve (sols chauffants, piscines, terrasses), misez sur une colle améliorée ou déformable.

Ces colles, reconnaissables à leur couleur grise ou blanche, offrent une meilleure adhérence, une plus grande flexibilité et une résistance accrue aux variations de température et à l’humidité.

Elles sont idéales pour les pièces humides comme la salle de bain ou la cuisine.

Pour les petits carreaux (mosaïque, faïence…) ou les supports peu poreux (béton lissé, ancien carrelage…), une colle standard, généralement de couleur blanche, fera l’affaire.

Mais attention, vérifiez bien qu’elle soit adaptée à l’usage prévu (intérieur, extérieur, sol, mur).

3. Pose du carrelage : suivez la méthode du pro et épatez vos amis !

La pose du carrelage demande de la précision et de la méthode pour un résultat digne d’un professionnel. Mais pas d’inquiétude, avec un peu de patience et les bons outils, vous y arriverez !

Munissez-vous d’une spatule crantée (la taille des dents dépend de la taille des carreaux et du type de colle) et étalez la colle sur le support en formant des sillons réguliers.

Ces sillons permettent une meilleure répartition de la colle et une meilleure adhérence du carreau.

Ensuite, posez les carreaux un par un en les pressant légèrement et en les ajustant pour un alignement parfait.

Utilisez des croisillons en plastique, de petites croix qui s’insèrent entre les carreaux, pour maintenir un espacement régulier entre eux.

Cet espacement est essentiel pour la réalisation des joints et pour compenser les éventuelles dilatations du carrelage dues aux variations de température.

Astuce : pour les grands carreaux ou les zones à fort passage, utilisez la technique du double encollage (colle sur le support ET sur le dos du carreau) pour une adhérence maximale.

Cette technique est particulièrement recommandée pour les carreaux de plus de 60×60 cm ou pour les sols chauffants.

4. Réalisation des joints : la touche finale pour un carrelage parfait !

Une fois la colle sèche (respectez scrupuleusement le temps de séchage indiqué sur l’emballage de la colle), retirez délicatement les croisillons et passez au jointoiement. Le joint de carrelage, en plus d’être esthétique, assure l’étanchéité de votre carrelage et le protège des infiltrations d’eau.

Choisissez votre mortier joint en fonction de la largeur des joints (plus ou moins de 5 mm), de la couleur du carrelage (blanc, gris, beige…) et de l’environnement (intérieur, extérieur, zone humide).

Appliquez le mortier joint à l’aide d’une raclette en caoutchouc, en veillant à bien remplir les joints. Lissez ensuite les joints avec une éponge humide pour un rendu impeccable.

N’oubliez pas de nettoyer régulièrement l’éponge pour éviter les traces de mortier sur le carrelage.

5. Finitions : les petits détails qui font toute la différence !

Les finitions sont la cerise sur le gâteau de votre pose de carrelage ! Posez des plinthes pour masquer les raccords entre le sol et les murs, et utilisez des profilés pour protéger les angles et les transitions entre différents revêtements.

Ces éléments, en plus d’être esthétiques, protègent votre carrelage des chocs et de l’usure.

Dans les zones humides (salle de bains, douche), appliquez un joint silicone pour assurer une étanchéité parfaite.

Le silicone est un matériau souple et imperméable qui empêche l’eau de s’infiltrer derrière le carrelage et de provoquer des dégâts.

Conseils pour une pose au top :

  • Humidifiez légèrement le dos des carreaux poreux (terre cuite, faïence…) avant la pose pour une meilleure adhérence.
  • Utilisez un niveau laser pour une planéité parfaite sur de grandes surfaces. C’est un investissement qui en vaut la peine, surtout si vous posez du carrelage grand format.
  • Nettoyez régulièrement le carrelage au fur et à mesure de la pose pour éviter les taches de colle ou de mortier. Utilisez une éponge humide et propre pour enlever les résidus de colle fraîche.
  • Respectez scrupuleusement les temps de séchage de la colle et du joint pour éviter les fissures et les décollements. C’est une étape cruciale pour la durabilité de votre carrelage.
  • N’oubliez pas de vérifier la conformité de votre chape aux recommandations DTU 52.2. Cette norme définit les règles de l’art pour la réalisation des chapes et garantit la stabilité et la durabilité de votre support.

En suivant ces conseils et en vous équipant des bons outils et matériaux, vous transformerez votre projet de pose collée de carrelage en une véritable réussite, dont vous serez fier.

Vous pourrez alors profiter pleinement de votre nouvel espace, aussi beau que fonctionnel.

Picture of Marie Madeline Studio
Marie Madeline Studio

Plus
d'articles