Lorsque vous voulez vous approprier une maison, mais que votre économie ne vous permet pas encore de financer votre projet, sachez que vous pouvez contracter un crédit immobilier auprès de la banque.

Néanmoins, la demande d’un prêt immobilier nécessite de bonnes préparations administratives afin de remplir les critères définissant votre capacité de remboursement du prêt.

Comment alors obtenir un crédit immobilier ? Quels sont alors ces critères évalués par la banque avant d’accorder un prêt immobilier ? On vous répond.

Les critères de solvabilité

Bénéficier d’un prêt immobilier veut dire engagement et risque, que cela soit pour l’emprunteur ou pour la banque.

L’établissement d’emprunt se doit alors de bien vérifier chaque pièce administrative et justificative avant de donner son accord pour le crédit immobilier. Cela doit être effectué minutieusement, car un surendettement sera néfaste pour les deux côtés.

Les ressources et revenus

Le premier dossier à compléter concerne les revenus que l’emprunteur perçoit mensuellement, mais aussi ses charges fixes. Chaque source de revenus doit être mentionnée, à savoir : salaire, loyer perçu, aides, etc. Ces informations sont utiles pour calculer le taux d’endettement et la capacité d’emprunt. Les mensualités de prêt pourront aussi être déterminées à partir du montant obtenu.

Le taux d’endettement

C’est le critère indispensable de base définissant l’accord du crédit immobilier. Le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) qui est la structure officielle gérant le crédit en France a défini le taux d’effort ou taux d’endettement jusqu’à 35 % à partir de 2021. Ce taux est calculé à partir du revenu et des charges de l’emprunteur. Concrètement, si vous gagnez 4 500 euros nets par mois avec une charge mensuelle d’emprunt de 500 euros (ex : mensualités pour le remboursement d’un prêt à la consommation et d’un prêt véhicule, pensions alimentaires, etc.), afin de respecter le plafond de 35 % et obtenir votre prêt immobilier, vos mensualités ne pourront donc pas excéder 1050 euros.

La capacité d’emprunt

La banque calculera votre capacité d’emprunt en se basant sur le « reste à vivre ». Il s’agit du montant restant une fois que l’emprunteur aura payé l’échéance du crédit immobilier. C’est une condition importante pour assurer que vous pouvez effectuer le remboursement de votre prêt tout en évitant des difficultés financières sur la durée du crédit.

Le reste à vivre doit en effet pouvoir couvrir les dépenses quotidiennes liées à la nourriture, à l’habillement, aux déplacements, aux loisirs… Le reste à vivre doit aussi vous permettre de faire face aux imprévus.

Si le taux d’endettement est respecté, mais que l’établissement d’emprunt évalue que le reste à vivre est trop faible par rapport à votre situation, la banque n’accordera pas votre prêt immobilier. Le montant minimum du reste à vivre varie d’une banque à une autre. En général, il est compris entre 700 et 1000 euros par adulte, 800 à 1200 euros par couple et 300 à 500 euros par enfant.

Le profil de l’emprunteur

L’établissement d’emprunt évaluera ensuite les informations axées sur l’emprunteur.

La situation professionnelle

Pour réduire le risque de non-remboursement, la banque privilégie les emprunteurs ayant une stabilité professionnelle.

Généralement, ceux qui travaillent en CDI auront plus de facilité à obtenir le crédit immobilier. Pour le cas des CDD et des entrepreneurs, la banque exige des justificatifs prouvant que les revenus sont suffisants et réguliers sur au moins 3 ans.

La gestion financière

La banque vérifiera votre compte bancaire pour voir si vous gérez convenablement votre finance personnelle. Pour augmenter vos chances d’obtenir le crédit immobilier, réglez tous vos crédits en cours avant de vous lancer et augmentez le montant de vos épargnes.

Par ailleurs, pour évaluer votre comportement, les banques évalueront vos 3 derniers relevés bancaires et pointeront chaque dépense. D’où la nécessité de bien préparer son dossier avant de se lancer dans un projet de prêt immobilier. Les situations qui augmentent le risque de refus sont les suivantes :

L’âge du demandeur de crédit immobilier

Bien que l’âge minimum pour souscrire un crédit soit de 18 ans, présenter sa demande à cet âge n’est pas conseillé. En effet, l’instabilité professionnelle et le manque d’apport personnel constituent un frein à l’obtention d’un prêt. L’âge idéal pour emprunter serait alors de 25 à 45 ans.

Pour ceux qui vont bientôt partir à la retraite, le risque de décès est plus élevé engendrant une difficulté particulière pour obtenir le prêt immobilier. Il faudra alors avoir une bonne assurance pour rassurer les banques.

Conseils : Pour que votre dossier de demande de crédit soit facilement validé, pensez à ajouter un apport personnel en dehors de vos épargnes. Cela rassurera les banques sur le fait que vous n’aurez pas de difficultés à rembourser le prêt.

L’avantage de mettre un apport personnel est que la durée du crédit sera réduite, mais aussi vous bénéficierez d’un taux d’intérêt moins élevé. Faites également appel à un courtier immobilier, il vous accompagnera dans la recherche de financement, d’une assurance de prêt, dans le montage de votre dossier, dans la recherche et sa présentation en banque. Vous profiterez ainsi d’une offre adaptée à vos besoins dans des conditions optimales.